Envie de changer !
Grands Hommes Biographie

Mère Teresa biographie son oeuvre

Mère Teresa,mère,teresa,calcutta,charité,vie,travail,missionnaires,famille,pauvre

Mère Teresa – Servir les pauvres et les démunis

Mère TERESA est née le 26 août 1910 à Skopje, capitale actuelle de la République de macédoine. Les parents de MèreTeresa de son vrai nom Agnès Gonxha Bojaxhiu (elle avait un frère et une sœur plus âgés) étaient d’origine albanaise. Son père a été entrepreneur dans la construction puis commerçant dans les médicaments et d’autres biens. La famille Bojaxhiu était une famille catholique et Nikola Bojaxhiu s’impliquait profondément dans l’église locale. Il était un fervent partisan de l’indépendance albanaise.

En 1919, alors qu’Agnès Gonxha n’avait que 8 ans, son père tombe soudainement malade et meurt ( on suppose qu’il a été empoisonné à cause de son engagement politique). Avec cet événement, la vie de la famille Bojaxhiu a changé du jour au lendemain. La mère est obligée d’assumer seule la responsabilité de la famille. Au lendemain de la mort de son père, Agnès Gonxha devient proche de sa mère, une femme pieuse et compatissante qui lui inculque un engagement profond à la charité.
Bien que loin d’être riche, Drana sa mère invite à dîner avec sa famille tous les démunis de la ville.

Sa vocation religieuse

Mère Teresa,mère,teresa,calcutta,charité,vie,travail,missionnaires,famille,pauvre  Agnès Gonxha (qui ne s’appelle pas encore Mère TERESA) a fréquenté l’école primaire du couvent, puis une école secondaire d’État. En tant que fille elle faisait partie de la chorale locale. A 12 ans lors du pèlerinage annuel à la chapelle de la vierge de Letnice au sommet de la montagne noire à Skopje qu’elle a ressenti une vocation à la vie religieuse.
Six ans plus tard, en 1928, âgée de 18 ans Agnes Bojaxhiu a décidé de devenir une nonne et partit loin de sa famille pour l’Irlande pour rejoindre les Sœurs de Lorette de Dublin. C’est là qu’elle a pris le nom de Sœur Mary TERESA, après Sainte Thérèse de Lisieux. Elle ne savait pas qu’elle ne reverrait jamais plus sa mère dans cette vie. Pendant cette période elle est décrite comme une personne ordinaire très calme et timide.

Mère Teresa,Mother Teresa House In Skopje photo par jan Klockslen,Darjeeling,mère,teresa,calcutta,charité,vie,travail,missionnaires,famille,pauvre

Un an plus tard en 1929, Mère TERESA est envoyée à Darjeeling, en Inde, pour la période du noviciat. En mai 1931, Mère TERESA fait ses premiers vœux. Par la suite elle a été envoyée à Calcutta, où elle a été affectée pour enseigner à l’école secondaire Sainte-Marie pour les filles, une école dirigée par les sœurs de Lorette et dédiée à l’enseignement des filles de familles bengali pauvres de la ville. Mère TERESA a appris à parler le bengali et le hindi couramment et a enseigné la géographie et l’histoire. Elle se consacre à la réduction de la pauvreté des jeunes filles par l’éducation.
Le 24 mai 1937, elle a prononcé ses vœux perpétuels à une vie de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.

L’appel de Calcutta

Cependant, le 10 septembre 1946, Mère TERESA a connu une deuxième vocation qui devait à jamais transformer sa vie. Elle montait dans un train à Calcutta pour une retraite au pied de l’Himalaya lorsque le Christ lui a parlé et lui a dit d’abandonner l’enseignement pour travailler dans les bidonvilles de Calcutta pour aider les personnes les plus pauvres et les plus malades de la ville.
Mère Teresa,mère,teresa,calcutta,charité,vie,travail,missionnaires,famille,pauvre
Depuis Mère TERESA avait fait vœu d’obéissance, elle ne pouvait pas quitter son couvent sans autorisation officielle. Après presque un an et demi de lobbying, en janvier 1948, elle a finalement reçu l’approbation de l’archevêque local Ferdinand Périer pour poursuivre cette nouvelle vocation. Après six mois de formation médicale de base, elle voyagea pour la première fois dans les bidonvilles de Calcutta sans objectif plus spécifique que d’aider « les rejetés, les mal-aimés, les négligés. »

Un mouvement commence


Mère TERESA n’était pas restée seule longtemps. En un an, elle a trouvé plus d’aides que ce qu’elle prévoyait. Beaucoup semblaient avoir attendu son exemple pour ouvrir leurs propres vannes de charité et de compassion. Les jeunes femmes sont venues offrir leurs services et sont devenues plus tard le noyau de ses missionnaires de la Charité. D’autres ont offert de la nourriture, des vêtements, l’utilisation des bâtiments, des fournitures médicales et de l’argent. Tous ces soutiens et cette assistance ont rendu possibles de plus en plus de services qui ont permis d’aider un très grand nombre de personnes qui souffraient.
Lire : Viens, sois Ma lumière

De leur naissance à Calcutta, nourri par la foi, la compassion et l’engagement de Mère TERESA, les missionnaires de la Charité ont poussé comme la graine de moutarde des Écritures. De nouvelles vocations continuent à venir de tous les coins du monde, pour servir ceux qui sont dans le grand besoin où qu’ils se trouvent. Maisons pour les mourants, refuges pour les soins et l’enseignement des orphelins et des enfants abandonnés, des centres de traitement et les hôpitaux pour les personnes souffrant de la lèpre, des centres et des refuges pour les alcooliques, les personnes âgées et les personnes vivant dans la rue. La liste est interminable.
Jusqu’à sa mort en 1997, Mère TERESA a continué son travail parmi les plus pauvres des pauvres, pour tous leurs besoins.
Malgré des années de travail acharné physique, émotionnel et spirituel, Mère TERESA semblait infatigable. Même si frêle et courbé, avec de nombreux maux, elle revenait toujours à son travail. Quelques mois seulement avant sa mort, quand elle est devenue trop faible pour gérer le travail administratif, elle a renoncé à la position à la tête de ses missionnaires de la Charité. Elle savait que le travail se poursuivrait.

Sa reconnaissance


En février 1965, le Pape Jean-Paul VI a décerné le décret de louange sur les missionnaires de la Charité ce qui a incité Mère TERESA à commencer à élargir sa reconnaissance à l’échelle internationale. Au moment de sa mort, en 1997, les missionnaires de la Charité étaient plus de 4000 – en plus de milliers d’autres bénévoles laïcs – avec 610 fondations réparties dans 123 pays sur les sept continents.

Lire: Quand l’amour est là, Dieu est là


En 1972 elle se rend à Beyrouth, au Liban, où elle fréquente les chrétiens et musulmans de Beyrouth. Elle se rend souvent à Beyrouth-Ouest pour aider les enfants des deux confessions. Mère TERESA a reçu de nombreux honneurs pour sa charité infatigable et efficace. Elle a reçu « Jewel of India », la plus haute distinction décernée à des civils indiens, ainsi que la médaille d’or du Comité soviétique pour la paix. Puis, en 1979, Mère TERESA a remporté son plus grand honneur quand elle a reçu le prix Nobel de la paix en reconnaissance de son travail « en apportant une aide à l’humanité souffrante».

Ses dernières années

Pendant les dernières années de sa vie, en dépit de faire face à plusieurs problèmes de santé, Mère TERESA a continué à servir les pauvres et les nécessiteux. En 1997, les Sœurs de Mère TERESA étaient près de 4000, travaillant dans environ 610 bases dans 123 pays à travers le monde. Son successeur nouvellement élu, a été nommé le Supérieur général des missionnaires de la Charité en mars 1997. Après avoir rencontré le Pape Jean-Paul II, elle est revenue à Calcutta où elle a passé ses dernières semaines à recevoir des visiteurs et donner des instructions à ses sœurs.
Le 5 septembre 1997, après avoir fini son repas et les prières, son cœur affaibli la remit aux mains de Dieu qui était le centre de sa vie.

Son message à partager avec le monde

La mort de Mère TERESA est une énorme perte pour l’humanité. Elle a quitté ce monde à Calcutta le 5 septembre 1997 à l’âge de 87 ans. Le 19 octobre 2003, le Pape Jean-Paul II a béatifié Mère TERESA. La béatification, qui a eu lieu à Rome, a marqué la première étape de sa sainteté.
Pour résumer sa vie, Mère TERESA a dit: « Par le sang, je suis albanaise. Par ma nationalité, indienne. Par la foi, je suis une religieuse catholique. Quant à mon appel, j’appartiens au monde. Comme à mon cœur, j’appartiens entièrement au Cœur de Jésus.»
photos prisent par Michel 27 & par Phil –

ban728x90
Musique Zen de relaxation et méditation, musiques Mp3 relaxation
One comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

ban728x90
Lire les articles précédents :
Comment pratiquer le bouddhisme

Pratiquer le bouddhisme Que l'on ait foi dans une religion ou non, tous nous cherchons une vie meilleure....

Fermer